Menu
A+ A A-

L'Equipe et son dispositif dédié à la Coupe du Monde 2018

Interview croisée avec Jérôme Cazadieu (Directeur de la rédaction L'Equipe) et Kevin Benharrats (Directeur Général d'Amaury Media)

 Le Jeudi 14 juin a marqué le coup d’envoi de la coupe du Monde 2018. Comment un media comme L’Equipe se prépare-t-il en prévision d’un événement majeur tel que la Coupe du Monde ?

Jérôme Cazadieu :

Nous préparons la Coupe du Monde depuis un an. Nous avons d’abord repéré les lieux (stades, camps de base) car les distances sont importantes en Russie puis nous avons établi nos priorités sachant que L'Equipe de France serait notre fil rouge. Nous avons donc décidé d’envoyer 26 journalistes, dont 11 exclusivement sur les Bleus qui travaillent pour tous les supports. Les autres journalistes ont été déployés sur les nations majeures (Brésil, Allemagne, Espagne, Angleterre) ou sur les thématiques transversales incontournables (géopolitiques, sécurité). Notre but était de mettre la rédaction dans une configuration unique afin de répondre à la problématique du temps réel pour tous nos clients qu’ils soient en gratuit ou en payant, sur le numérique, le print ou la télévision.

Ces moyens nous permettent de proposer une couverture exceptionnelle de l’événement : 400 heures d’antenne sur la chaîne, 1000 pages dédiées dans le journal, 24 heures sur 24, 64 rencontres en live sur le digital et une édition numérique Pause Caviar, tous les jours à midi pour nos abonnés. 

Kevin Benharrats :

Un événement majeur comme la Coupe du Monde, se prépare très en amont.

Après le tirage au sort de la phase finale, nous avons mis en place des « ouvertures de planning » pour tous nos supports : télévision, digital et print. Ces réservations anticipées nous ont permis de gérer les priorités et d’optimiser la gestion des emplacements Premium, très demandés sur cette période.

Par ailleurs, en janvier 2018, nous avons lancé des offres plurimedia pour permettre aux annonceurs de s’associer aux innovations éditoriales liées à la coupe du monde comme par exemple « Faites votre onze des bleus ». 

Le mois de juin 2018 enregistre des résultats exceptionnels sur tous les supports.

  • Le journal L’Equipe a vu ses ventes au numéro progresser de plus de 20%.
  • Le digital bat un record de trafic avec 285 millions de visites soit une hausse de +61% versus juin 2017.
  • Avec 3,4%, en part d’audience sur les Hommes 25-49 ans, la chaîne enregistre son meilleur score et gagne 800 000 téléspectateurs par jour par rapport à juin 2017, atteignant quotidiennement près de 6 millions de téléspectateurs. 
La chaine L’Equipe est un relais essentiel de votre media, quelle stratégie adoptez-vous pour faire vivre l’événement face aux diffuseurs officiels de la compétition ?

Jérôme Cazadieu :

Sous l´impulsion d’Arnaud de Courcelles, directeur de la chaîne, l’accent a été mis sur les débriefings des matches phares, ceux des Bleus en particulier, autour d’une équipe de consultants de premier plan (Paul Le Guen, Johann Micoud, Raymond Domenech) et de journalistes maisons. Les débriefings de la chaîne ont toujours été leaders sur la Coupe du Monde, accentuant même l’écart vis-à-vis de la concurrence au fur et à mesure de la compétition. L’idée était aussi d’événementialiser la grille en prenant très tôt l’antenne avec les conférences de presse de L’Equipe de France dès 9 heures du matin. Les matches qui n’étaient pas diffusés sur TF1 ont aussi été commentés sans image comme nous le faisons depuis quelques mois. Cela a très bien fonctionné puisque nous avons atteint un pic de 1,2 million de téléspectateurs pour le match Espagne/Russie sans diffuser d’image du match.

Kevin Benharrats :

Nous ne diffusons pas de match, mais les annonceurs savent qu’ils peuvent bénéficier pendant cette période de la puissance de nos émissions.

Nous sommes d’ailleurs, depuis le début de la Coupe de Monde, N°1 des debriefs hors diffuseurs. En juin, la chaîne a progressé de 46% par rapport à l’année dernière sur la cible Hommes 25-49 et est devenue leader de l’univers des chaînes d’information et de sport en passant devant BFM.

Comment intégrez-vous les réseaux sociaux dans votre stratégie de communication ? Quelles opérations sont mises en place sur les réseaux sociaux ?

Jérôme Cazadieu :

Les réseaux sociaux sont essentiels pour accompagner nos dispositifs éditoriaux, les faire connaître auprès d’une audience plus volatile mais aussi pour pousser des contenus natifs, en particulier en vidéo, qui plaisent à ce public. Nous avons aussi développé des contenus « gamifiés » comme les modules « faites votre liste des 23 » ou « Faites votre onze des bleus » avant les matches de L’Equipe de France. 

Kevin Benharrats :

En relais de nos media digitaux, ces dispositifs interactifs sont très attractifs pour les annonceurs car ils créent un supplément d’engagement des internautes. Le module « Faites votre Onze des bleus », sponsorisé par un de nos annonceurs, a bénéficié de 750 000 participations pour les trois premiers matches de L’Equipe de France.

Nous avons au global 17.6 millions de visiteurs uniques* par mois sur l’ensemble des devices digitaux et 10 millions de socionautes. Les réseaux sociaux nous permettent d’amplifier la résonnance de nos dispositifs classiques et opérations spéciales.

* Mediamétrie Internet Global Mai 2018.

A l’occasion des 20 ans du titre de L’Equipe de France en 1998, vous avez réédité le journal historique du lendemain de la victoire. Quelle a été votre plan d’action et comment le journal a-t-il été reçu par vos lecteurs ?

Jérôme Cazadieu :

La célébration des vingt ans de la victoire des Bleus en Coupe du Monde a été un moment très fort avec notre audience. Nous avons proposé une large gamme de contenus pour toucher tous les publics, des plus jeunes (ceux nés en 2000) aux plus anciens. Un hors-série avec les entretiens exclusifs des 22 champions du monde déclinés dans le quotidien et sur le numérique. Un format story révolutionnaire sous l’ombrelle Explore qui a réuni plus de 700 000 fans qui ont produit près de 300 000 contenus participatifs (leurs souvenirs de l’événement). Et au bout de tout ça, la réédition du journal du 13 juillet 1998 qui a permis une progression de près de 30% de nos ventes. Cela a lancé parfaitement notre été avec la Coupe du Monde tout d’abord, puis le Tour de France.

Kevin Benharrats :

Tous ces dispositifs sont attractifs et très recherchés par ceux qui veulent s’associer à la ferveur déclenchée par le football.

70% des annonceurs présents sur la période viennent profiter des carrefours d’audience et 30% sont des partenaires qui souhaitent médiatiser leur engagement.
Les grands événements comme la Coupe du Monde nous ont permis de recruter beaucoup de nouveaux annonceurs.

Pour les prochaines années, nous avons la chance d’avoir un calendrier d’événements sportifs exceptionnels. Nous finirons l’année 2018 avec la Ryder Cup et le Championnat d’Europe de handball féminin en France. En 2019, nous aurons une Coupe du Monde de rugby au Japon et la coupe du monde de football féminine qui se déroulera aussi en France.

Nous nous renforçons également sur le terrain de la pratique du sport et soutenons l’initiative du Ministère des sports pour le lancement en septembre de la 1ère Fête du sport.

Retour en haut

Sporsora

Newsletter

Partenaires